Si je pars affiche

Si je pars

 

ENTRE GRACE ET HUMOUR NOIR, UNE HISTOIRE D’AMOUR TOXIQUE QUI FROLE LE DELIRE ET L’ABSURDITE

 

Une jeune femme en proie à une passion amoureuse obsessionnelle et habitée par une formidable rage de vivre, chante et raconte ses contradictions, ses espoirs, et ses désillusions. Son regard décalé, cynique et lucide permet un mélange détonnant de rire et d’émotion.

 

Texte Laura Pelerins

Mise en scène Claire Faurot

Arrangements musicaux Laura Pelerins & Frédéric Popovic

Conseil musical  « Merci »: Isabelle Zanotti

Création lumière Fouad Souaker

Conception scénographie Claire Faurot

Scénographie Michel Guivet

Graphisme Nicolas Rivas

Photo affiche Didier Massot

Avec Laura Pelerins, Philippe Collin


Spectacle crée et joué en 2013 à l’Essaion Paris et tournée France

 

J’ai été voir une pièce décapante que je vous conseille vivement. En effet, c’est avec un talent fou que Laura Pelerins vous emmène durant 1h20 sur les traces des complexités des relations « hommes-femmes » et croyez moi cela touche directement le cerveau reptilien de nous autres les « mâles » tellement elle nous met minable et face à nos comportements, tout ça avec sourire et légèreté.

Laura Pelerins, bien campée sur la petite scène du théâtre « Essaïon» et habilement mis en scène par Claire Faurot  nous raconte une histoire d’amour d’une petite voix et aussi en quelques chansonnettes entraînantes, joliment interprétées d’ailleurs. Elle nous fait ainsi voyager dans les pensées d’une jeune femme moderne qui tente de « s’évader » de la lourdeur des hommes, des douleurs du cœur, des addictions de l’amour… Va-t-elle réussir ? Ça je vous laisse le découvrir en allant voir la pièce !

En tout cas j’ai passé un moment très agréable, même si je me suis salement reconnu quelques fois, comme certains spectateurs dont la femme qui les accompagnait leur disait « ah « ça » c’est vrai ! Je te reconnais bien là… » Sans qu’ils puissent répondre mot…

Allez voir cette pièce drôle qui fait du bien, elle se joue tous les lundis et mardis à 21h30 au théâtre « Essaïon » 6, rue Pierre au Lard 75004 Paris jusqu’au 12 novembre.

 Laurent Jacqua – Nouvel Obs

 

Si je pars » : Un spectacle d’amour noir

Une frêle jeune femme, délicate et hésitante, entre en scène. Elle ne sait si elle a vraiment sa place dans la lumière. Attend l’Homme, l’artiste, le Maître. Celui qui est sensé donner le spectacle, l’homme qu’elle aime et qui la tourmente pourtant…

Il ne viendra pas, bien sûr, et ce sera – enfin – l’occasion pour elle, la charmante torturée, la femme-oiseau si peu sûre d’elle, d’investir la scène et d’y disposer par petites touches musicales douces-amères, mélancoliques et loufoques, le récit de ses amours cabossés.

Comédienne, auteur, compositeur et interprète, Laura Pelerins nous conte par le menu ces histoires d’amour noir, où l’absurdité des situations les plus banales (attente de sms par l’éprise, chamailleries d’amant, tromperies, impossibles deuils amoureux) prend ici, sous sa plume acerbe, allure de bestiaire drolatique, surprenant, quelquefois dérangeant…

« On survit à tout » est le credo de ce bout de femme à la vitalité jamais éteinte malgré les mauvais coups de Cupidon.

Cependant, qu’on ne s’y trompe pas, personne n’est épargné dans ce portrait corrosif : petites lâchetés, brutalité masculines mais aussi propension si féminine parfois au masochisme amoureux, cette complaisance au désespoir d’amour quand la rupture est de toute évidence l’issue la plus saine.

D’une voix douce, elle chante les meurtrissures du cœur, les abus, les déceptions à répétition. Toujours entre deux eaux, son personnage hésite dans un salutaire va-et-vient entre sincérité et dérision, confession et déni, mauvaises raisons et bonnes résolutions.

A voir absolument pour la sensibilité, l’humour et l’interprétation très juste de Laura Pelerins , pour son univers vraiment original et pour la très belle direction d’acteur de Claire Faurot . Un spectacle à boire cul-sec, comme un alcool fort.

Blog de Marielle Lieber-Claire

 

OH MY HOMME

Critique Théâtre: Si je pars !
Publié le 19/09/2013 par francois

C’était la première lundi. Laura Pelerins présentait Si je pars! (jusqu’à mi novembre), une comédie grinçante en chansons dans un décor de cabaret.

Dans une mise en scène juste , signée Claire Faurot ,vous partagerez dans un lieu aux allures de cabaret et lumières feutrées, un moment de complicité avec une jeune femme pétillante (aux airs de Vanessa Paradis), toute en grâce et plein… d’humour noir.

Cette femme est habitée, c’est sûr!

En proie à une passion amoureuse obsessionnelle, Laura nous raconte et délecte au public ses paroles au piano: Des découverts bancaires aux viols, des obsédés à la mort.

Les textes sont travaillés, parfois crus, avec une maitrise du phrasé et de la diction. Les mélodies sont entrainantes et prenantes.

Jeux de regards décalés, cyniques, lucides (avec le public) vous amèneront à la crise de rire parfois. L’émotion prend une belle place également dans cette pièce.

Si je pars… De la narration au piano, la chanson apporte de la force à la pièce. Son compère, lui, de la fraîcheur pendant cette comédie. Mais je ne vous en dit pas plus!

Du talent, c’est sûr.

À voir…
Du 16 septembre au 12 novembre 2013. Les lundis & mardis à 21h30.
Théâtre Essaïon, 6 rue Pierre au Lard 75004 Paris (Métro Hôtel de Ville/ Rambuteau).
Réservation: 01 42 78 46 42

 http://www.ohmyhomme.fr/culture-2/critique-theatre-si-je-pars-au-theatre-essaion-paris/

Les notes d’amour acides de Laura Pelerins

www.toutelaculture.com

 

Si je pars est une drôle d’histoire racontée, chantée et torturée, digne de celle que votre meilleure amie pourrait vous livrer. C’est l’histoire d’une nana dont l’amoureux est triste parce que sa copine l’a quitté, non pas elle, sa femme, non plus , elle part, elle reste…elle chante surtout, bien et juste son histoire d’amour tordue.

Quitte à rester sans cet amoureux pas terrible , autant ne pas parler que de lui, alors tout y passe, du bien glauque mais toujours avec la dose de légèreté nécessaire à rendre le pire supportable :des petits soucis d’argent aux viols, des obsédés à la mort… tout ça pour arriver. A le quitter. Qui ça ? Mais lui!

Elle, c’est une jeune auteur prometteuse, repérée par la SACD, elle vient notamment d’être primée par la Fondation Beaumarchais-SACD, elle a été lauréate du prix Kieslowski-MK2, mention spéciale du théâtre de Fontenay Sous Bois. Alors, dans le texte et le théâtre, elle ne part pas, elle reste !

 Je n’aime guère les comédies mais j’aime tout ce qui grince…(…)

En quelques minutes, Laura prend possession de tout, le public, les murs en pierre, les chaises bancales, , le piano qui ressemble à une console de bar… Grâce à la mise en scène sobre et subtile de Claire Faurot, Laura est là, on ne la quitte pas des yeux et des oreilles. Laura est belle, souriante et grinçante. Elle raconte, elle chante, elle joue du piano, elle se moque…Elle est triste mais elle rit…Elle attaque et elle pleure…et on la suit, heureux.

Laura parle d’amour, de sa fille, de ses amants, de son banquier…ses histoires ressemblent aux nôtres…Elle raconte sa vie, ses obsessions…On dirait une plante carnivore. On a envie de caresser…mais on sait qu’on y laissera un doigt ! Laura salue. On applaudit et on sort le cœur plein de joie. Et pour la remercier on dépose un billet dans un chapeau…comme jadis !

 Laura Pelerins est une artiste, une vraie, et j’aimerais tellement que vous puissiez l’entendre.

 

Blog de Jacqueline Peker